BIO


 Enfant déjà, les voyages et l’art sous toutes ses formes m’habitent. Ma mère peintre m’initie très jeune aux arts manuels, physiques et musicaux ainsi qu’aux charmes de la nature. Au lycée, j’étudie le théâtre et l’histoire de l’art et m’investis au parlement européen des jeunes dans la délégation des droits de l’homme, en France, en Lettonie puis en Belgique. Le Bac en poche je m’exile à Londres pour intégrer la prestigieuse école Jacques Lecoq, « School of physical theater »  où je solidifie mes bases de jeu et de mise en scène.  

 

Très vite, je continue à voyager seule, en quête d’aventures, de rencontres et de grands espaces pour trouver ma place dans ce monde. Mes carnets de voyage se remplissent de croquis, de collages et de photographie. Mais l’envie de raconter des histoires me colle à la peau et c’est entre l’Australie et en Nouvelle Zélande que je réalise de manière complètement spontanée et autodidacte mon premier documentaire, sélectionné au FIGRA (coup de pouce), un hymne aux marginaux qui rêvent de sauver le monde. En 2010, de retour en France, lauréate de la bourse Défis Jeune, je crée à 24 ans, avec Didier Ballivet, ma société de production Charlie bus production pour donner l’impulsion de départ aux projets qui me tiennent à cœur. A partir de ce moment là, filmer devient une évidence. Je comprends que seul le cinéma peut me permettre de me rassembler, de trouver un territoire, d’être libre, sans avoir à fuir continuellement.

 

Curieuse et consciente de la rigueur liée au métier, je me forme à la direction d'acteur et à la direction artistique à New York avec Lenore Dekoven, Mike Sperra et Susan Lynton grâce à Eurica media lab, puis à l’écriture et à la réalisation avec le G.R.E.C. Depuis j'ai écris, réalisé et   produit une dizaine de films dont « Free fall » diffusé sur France 2, « Omessa » pré acheté par France 3 (25 prix et 80 sélection), « Lieu d’être une utopie d’habiter » diffusé sur France 3 et sélectionné au festival d’architecture d’Annecy puis à Beaubourg au festival « Move » en 2017.

 

En parallèle, je dirige via la CineFabrique des ateliers d’improvisation et d’écriture avec des jeunes de quartiers prioritaires et je développe plusieurs projets en tant que photographe et artiste plasticienne (exposition de l'installation vidéo LE SERPENTAIRE au centre d'art contemporain H2M à Bourg-en-Bresse du 8 mai au 28 juillet 2019 ). Depuis deux ans, j'ai aussi été invité à participer à plusieurs festivals comme jury européen (Court en Champagne, Villeurbanne...) et à des conférences comme au festival des jeunes entrepreneurs à Lyon le 23 mai 2019.

 

Mais c’est en intégrant l’atelier scenario de la FEMIS puis en trouvant avec mon producteur, Edouard Mauriat, l’accompagnement nécessaire, que je développe aujourd'hui mes deux projets les plus personnels:

« Odol Gorri » un court-métrage tourné à l’automne 2017, Prix d'interpretation et prix de la meilleurs photographie au grand prix Kinoma (à la BNF en juin 2018) sélectionné au prix France télévision 2019 au festival international de film court de Clermont Ferrand, au prix Unifrance 2019 au festival de Canne ainsi qu'au César du meilleurs court-métrage 2020.

Et « Slalom », mon premier long-métrage lauréat de l'aide à l'écriture de la région Rhône-Alpes, de l'avance sur recette du CNC, de l'aide à la production de Rhône-Alpes Cinéma, tourné en 2019 à Val d'Isère, Tignes, aux Arcs et à Bourg-saint Maurice et distribué par Jour de fête.

 

Je suis membre de la SRF, la guilde des scénaristes, d'Unifrance, et membre du conseil d'administration de la Maison du Film.